Menu Close

Insomnie post-partum

L’insomnie est un problème courant chez les femmes enceintes, en particulier au cours de leur troisième trimestre. Certaines études estiment qu’environ les trois quarts des femmes présentent des symptômes d’insomnie au cours des derniers stades de leur grossesse. Ces symptômes comprennent des difficultés à s’endormir et à rester endormis, ainsi que des réveils nocturnes. Malheureusement, ces troubles du sommeil persistent souvent après l’accouchement, et certains dorment encore moins pendant les premières semaines du post-partum que pendant la grossesse.

Les problèmes de sommeil post-partum peuvent également découler de modifications de l’ horaire de sommeil de la mère. Les six premières semaines après l’accouchement peuvent être particulièrement éprouvantes. Des études ont montré que la nouvelle mère moyenne reçoit environ six heures de sommeil par nuit pendant cette période.

Quelles sont les causes de l’insomnie post-partum?

L’insomnie est un trouble du sommeil qui toucherait 10 à 30% des adultes. Elle est définie comme une difficulté persistante d’apparition, de maintien, de consolidation ou de qualité du sommeil. L’insomnie survient malgré le temps alloué au sommeil chaque nuit ou une zone de sommeil confortable, et elle conduit à une somnolence diurne excessive et à d’autres troubles lorsque la personne est éveillée.

Si ces symptômes surviennent au moins trois fois par semaine et persistent pendant au moins trois mois, une personne peut recevoir un diagnostic d’insomnie chronique. La condition est connue sous le nom d’insomnie à court terme si elle dure moins de 3 mois.

Les troubles du sommeil, le sommeil insuffisant et les symptômes d’insomnie sont tous courants pendant la grossesse. La plupart des mères sont également confrontées à de nouveaux problèmes de sommeil après l’accouchement. Les nouveau-nés se réveillent fréquemment et ont besoin d’être nourris toute la journée et la nuit. Ces exigences obligent souvent les mères à ajuster leurs horaires de sommeil et, dans de nombreux cas, à dormir moins la nuit.

De plus, les femmes subissent des changements hormonaux pendant la période post-partum. Ceux-ci incluent une diminution de la production de progestérone, une hormone sexuelle féminine aux propriétés induisant le sommeil, et des changements dans les niveaux de mélatonine, que le corps produit le soir pour favoriser la somnolence et la relaxation. Ces ajustements peuvent affecter le rythme circadien de la femme, qui régule non seulement le sommeil, mais aussi l’humeur, l’appétit et d’autres fonctions corporelles.

La dépression post-partum, ou dépression périnatale, peut être un autre obstacle au sommeil. Ce trouble affectant les nouvelles mères peut provoquer une tristesse, une anxiété et une fatigue extrêmes. Environ une femme enceinte sur huit souffrira de dépression post-partum. La difficulté à s’endormir et le sommeil excessif sont deux symptômes courants de cette maladie. L’insomnie peut être un catalyseur ou un symptôme de la dépression post-partum. Une étude a révélé que les nouvelles mères qui dorment mal sont plus de trois fois plus susceptibles de souffrir de dépression que celles qui ont une bonne qualité de sommeil.

Les troubles du sommeil post-partum peuvent être un problème grave. Ils ont non seulement un effet négatif sur la mère, mais aussi potentiellement sur leur enfant et leur partenaire. Les chercheurs ont suggéré un lien entre la santé comportementale d’une mère et le développement psychosocial de son enfant. En outre, des études ont montré que les femmes qui souffrent d’insomnie chronique après l’accouchement courent un risque plus élevé de développer des douleurs post-partum.

Conseils pour traiter l’insomnie et améliorer le sommeil post-partum

Alors que les mesures de traitement de l’insomnie dépendent de la santé et des antécédents médicaux d’une personne, les personnes peuvent ressentir une réduction des symptômes grâce à la thérapie cognitivo-comportementale pour l’insomnie (TCC-I). Ce type de thérapie, qui est normalement offert par un professionnel de la santé agréé, consiste à identifier les pensées et les croyances problématiques ou inexactes sur le sommeil et à les remplacer par des attitudes plus saines. Les composants spécifiques de la thérapie cognitivo-comportementale peuvent inclure:

  • Éducation sur le sommeil : en apprenant davantage sur le fonctionnement du sommeil et sur ce que nous pouvons faire pour nous reposer davantage chaque nuit, les personnes souffrant d’insomnie et d’autres troubles du sommeil peuvent aborder leurs difficultés d’un point de vue plus éclairé. Tenir un journal du sommeil favorise la prise de conscience des habitudes de sommeil.
  • Hygiène du sommeil : Le terme hygiène du sommeil fait référence à des pratiques qui améliorent le sommeil, comme suivre une routine diurne qui favorise le repos la nuit et le maintien d’un environnement de sommeil confortable et sain. La température de la chambre et les niveaux d’éclairage, la consommation de caféine et d’alcool, les heures des repas et l’exercice jouent tous un rôle dans l’hygiène du sommeil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *