Menu Close

Ce que vous devez savoir sur la paralysie du sommeil

Alors que nous pensons généralement que le fait d’être endormi ou éveillé est clairement défini et distinct, des conditions comme la paralysie du sommeil remettent en question ces limites fixes.

La paralysie du sommeil est une incapacité temporaire à bouger qui survient juste après s’être endormi ou se réveiller. Les individus restent conscients pendant les épisodes, qui impliquent souvent des hallucinations troublantes et une sensation d’étouffement.

Ces épisodes de paralysie du sommeil impliquent à la fois des éléments de sommeil et d’éveil, ce qui explique en partie pourquoi ils peuvent donner lieu à des symptômes pénibles.

Bien que l’on ignore encore beaucoup de choses sur la paralysie du sommeil, un examen de ses types, symptômes, causes, impacts et traitement peut permettre de mieux comprendre la maladie et comment essayer de la prévenir.

Qu’est-ce que la paralysie du sommeil?

La paralysie du sommeil est une condition identifiée par une brève perte de contrôle musculaire, appelée atonie, qui survient juste après s’être endormi ou se réveiller. En plus de l’atonie, les personnes ont souvent des hallucinations lors d’épisodes de paralysie du sommeil.

La paralysie du sommeil est classée comme un type de parasomnie. Les parasomnies sont des comportements anormaux pendant le sommeil. Parce qu’elle est liée à l’ étape des mouvements oculaires rapides (REM) du cycle du sommeil, la paralysie du sommeil est considérée comme une parasomnie REM.

Le sommeil paradoxal standard implique des rêves vifs ainsi que de l’atonie, ce qui aide à empêcher les rêves d’agir. Cependant, dans des circonstances normales, l’atonie se termine au réveil, de sorte qu’une personne ne devient jamais consciente de cette incapacité à bouger.

En conséquence, les chercheurs pensent que la paralysie du sommeil implique un état de conscience mixte qui allie à la fois veille et sommeil paradoxal. En effet, l’atonie et l’imagerie mentale du sommeil paradoxal semblent persister même dans un état de conscience et d’éveil.

Quels sont les types de paralysie du sommeil?

Dans la littérature médicale, deux termes sont couramment utilisés pour catégoriser les cas de paralysie du sommeil.

  • La paralysie isolée du sommeil survient lorsque les épisodes ne sont pas liés à un diagnostic sous-jacent de narcolepsie, un trouble neurologique qui empêche le cerveau de bien contrôler l’éveil et conduit souvent à une paralysie du sommeil.
  • La paralysie récurrente du sommeil implique plusieurs épisodes au fil du temps.

Dans de nombreux cas, ces deux caractéristiques déterminantes sont combinées pour décrire une condition de paralysie récurrente isolée du sommeil (RISP), qui implique des cas continus de paralysie du sommeil chez une personne qui n’a pas de narcolepsie.

À quoi ressemble la paralysie du sommeil?

Le symptôme fondamental de la paralysie du sommeil est l’atonie ou l’incapacité de bouger le corps. Elle survient peu de temps après s’être endormie ou se réveiller, et pendant un épisode, une personne se sent éveillée et est consciente de cette perte de contrôle musculaire.

On estime que 75% des épisodes de paralysie du sommeil impliquent des hallucinations distinctes des rêves typiques. Comme pour l’atonie, celles-ci peuvent survenir lors de l’endormissement (hallucinations hypnagogiques) ou du réveil (hallucinations hypnopompiques).

Les hallucinations pendant la paralysie du sommeil se divisent en trois catégories:

  • Hallucinations intrus, qui impliquent la perception d’une personne dangereuse ou d’une présence dans la pièce.
  • Hallucinations de pression thoracique, également appelées hallucinations d’incubus, qui peuvent provoquer une sensation d’étouffement. Celles-ci se produisent fréquemment avec des hallucinations d’intrus.
  • Hallucinations vestibulaires-motrices (VM), qui peuvent inclure des sensations de mouvement (comme le vol) ou des sensations hors du corps.

L’atonie est souvent pénible et des hallucinations troublantes peuvent rendre les épisodes de paralysie du sommeil encore plus gênants. Pour cette raison, environ 90% des épisodes sont associés à la peur alors que seule la minorité a des hallucinations plus agréables voire plus heureuses. On a constaté que la perception de ces épisodes varie considérablement en fonction du contexte culturel d’une personne.