Menu Close

Douleur et sommeil

Les personnes qui souffrent de douleurs chroniques savent de première main à quel point il peut être difficile de passer une bonne nuit de sommeil. Selon le sondage Sleep in America de 2015 de la National Sleep Foundation, un Américain sur cinq souffre de douleur chronique. Une majorité de ces personnes signalent une qualité de sommeil inférieure aux normes et une personne sur quatre souffrant de douleur chronique souffre également d’un trouble du sommeil.

Le sommeil et la douleur semblent avoir une relation bidirectionnelle. Par exemple, de nombreuses personnes rapportent que leurs symptômes douloureux sont quelque peu atténués après une meilleure nuit de sommeil. Pour ceux qui souffrent de douleur chronique, donner la priorité au sommeil peut être un élément clé du chemin du rétablissement.

Qu’est-ce que la douleur?

La douleur est une sensation désagréable que nous ressentons lorsque les récepteurs nerveux envoient un signal au cerveau nous indiquant que quelque chose ne va pas. La douleur peut être aiguë ou chronique.

La douleur aiguë fait référence à une douleur qui dure peu de temps, comme un os cassé qui finit par guérir. La douleur chronique fait référence à une douleur ou à une douleur récurrente qui dure plus de quelques mois, comme la lombalgie, les maux de tête récurrents, la fibromyalgie, l’arthrite ou la douleur cancéreuse.

La façon dont notre cerveau interprète la douleur dépend d’un certain nombre de facteurs, dont notre santé physique, notre humeur et la raison de la douleur. Lorsque la douleur survient la nuit, elle peut interférer avec le sommeil. Les personnes souffrant de douleur chronique peuvent finir par souffrir d’une privation de sommeil à long terme.

Troubles du sommeil courants chez les personnes souffrant de douleur chronique

La douleur chronique peut affecter le sommeil différemment et dépend de la nature de la douleur. Certaines conditions peuvent éclater la nuit ou être provoquées par certaines positions de sommeil. D’autres peuvent provoquer une douleur persistante qui ne s’atténue pas la nuit. Un hôpital ou un établissement de soins de longue durée peut poser des défis supplémentaires, comme un environnement bruyant ou un lit inconfortable.

En plus d’un temps de sommeil global plus court, la douleur chronique peut également provoquer des réveils nocturnes fréquents. En fait, cela semble être le problème de sommeil le plus courant chez les personnes souffrant de douleur chronique.

Pendant que nous dormons, nous passons par le sommeil léger, le sommeil lent et le sommeil paradoxal. Afin de se sentir bien reposé, nous avons besoin d’un équilibre entre toutes ces étapes de sommeil, en particulier le sommeil lent et le sommeil paradoxal. La perturbation de ce cycle interfère avec la progression des phases de sommeil et conduit à un sommeil moins réparateur et à une fatigue du lendemain.

Outre la douleur elle-même, certaines personnes souffrant de douleur chronique souffrent également d’un ou plusieurs troubles du sommeil, tels que l’apnée obstructive du sommeil ou le syndrome des jambes sans repos. Les médicaments contre la douleur ou pour une maladie chronique peuvent entraîner des effets secondaires qui interfèrent avec le sommeil. La douleur peut également être accompagnée d’anxiété, de stress ou de dépression. Ces conditions peuvent causer des problèmes de sommeil à part entière et doivent être traitées dans le cadre d’un plan de santé global.

Comment la douleur affecte-t-elle les positions de sommeil?

Lorsque vous apprenez à dormir avec la douleur, le type de douleur peut dicter votre position de sommeil. Les personnes souffrant de douleurs à la hanche, au genou ou à l’épaule – comme dans le cas de la polyarthrite rhumatoïde – devront peut-être éviter de dormir sur le côté.

En revanche, les personnes sensibles à l’accumulation de pression dans le bas du dos peuvent avoir besoin d’être prudentes lorsqu’elles dorment sur le dos ou sur le ventre. Un matelas et un oreiller conçus pour amortir les points de pression et soutenir la courbure naturelle de la colonne vertébrale peuvent aider à soulager une partie de la douleur.

D’autres conditions provoquent une douleur diffuse, comme la sclérose en plaques. Ces conditions attaquent les nerfs, ce qui signifie que les personnes peuvent avoir besoin de changer de position de sommeil plus fréquemment pour éviter les engourdissements et les picotements. Ces dormeurs peuvent avoir besoin d’un matelas plus réactif qui facilite les mouvements sur le dessus du lit. Demandez de l’aide à un soignant ou à un partenaire de sommeil si vous avez du mal à ajuster les positions par vous-même.

Comment le sommeil affecte-t-il la douleur?

Il existe un lien incontestable entre le sommeil et la douleur, mais de nouvelles preuves suggèrent que l’effet du sommeil sur la douleur peut être encore plus fort que l’effet de la douleur sur le sommeil.

Les chercheurs ont découvert que des temps de sommeil courts, un sommeil fragmenté et une mauvaise qualité du sommeil entraînent souvent une sensibilité accrue à la douleur le lendemain dans des conditions chroniques comme la polyarthrite rhumatoïde. Les personnes ayant des problèmes de sommeil semblent également courir un risque plus élevé de développer éventuellement des conditions telles que la fibromyalgie et les migraines. Fait encourageant, de nombreuses études ont également révélé qu’à long terme, un sommeil de qualité peut améliorer la douleur chronique.

Le sommeil et la douleur semblent partager des voies et des neurotransmetteurs similaires. Par exemple, la mélatonine est surtout connue pour son rôle dans la régulation de notre rythme circadien, et de nouvelles recherches commencent à découvrir le rôle de la mélatonine dans notre perception de la douleur. La perte de sommeil provoque également une inflammation dans le système immunitaire, avec des effets correspondants sur la résilience de notre corps. La vitamine D et la dopamine semblent également jouer un rôle dans le sommeil et la douleur.

Des études ont trouvé des résultats différents pour les effets de la privation de sommeil sur notre seuil de douleur et la capacité du cerveau à inhiber la douleur. Il se peut que le sommeil modifie la douleur par différentes voies selon la condition et le type de privation de sommeil.

La capacité à gérer les troubles du sommeil et la douleur peut également avoir un aspect sociodémographique. De nombreuses études montrent qu’en ce qui concerne l’augmentation de la douleur due à l’insomnie, les femmes sont plus sensibles que les hommes et les jeunes sont plus résilients que les personnes âgées.

Les personnes souffrant de douleur chronique peuvent se sentir fatiguées pendant la journée. Selon leur niveau d’incapacité, ils peuvent être moins susceptibles de faire de l’exercice ou de suivre une alimentation saine, deux éléments importants pour passer une bonne nuit de sommeil. Un sommeil instable dû à une douleur chronique peut également déranger un conjoint qui partage le lit, avec des conséquences correspondantes sur la qualité de son sommeil et sa santé.

Les adultes et les enfants souffrant de douleur chronique rapportent une mauvaise qualité de sommeil, et ceux qui dorment mal ont également des douleurs plus intenses et des niveaux plus élevés d’incapacité. Bien que le sommeil joue sans aucun doute son propre rôle indépendant, les chercheurs pensent que cette relation est en partie due à des facteurs psychologiques.

Quel est le lien entre le sommeil, la douleur et la santé mentale?

Les personnes souffrant de douleur chronique peuvent souffrir d’un cycle auto-entretenu de douleur, d’insomnie et de dépression ou d’anxiété. Par exemple, une personne qui souffre peut devenir anxieuse lorsqu’elle ne peut pas dormir. Ils peuvent mal dormir et se réveiller en se sentant déprimés, ce qui augmente leur sensibilité à la douleur. La nuit suivante, ils ont de nouveau mal, ils ne peuvent donc pas bien dormir et le cycle continue. Au fil du temps, ce cocktail négatif peut aggraver les conditions existantes et même avoir une influence sur le niveau de handicap d’une personne.

L’un des facteurs psychologiques les plus importants semble être la tendance à la catastrophisation. Une étude sur des patients souffrant d’arthrose a trouvé un lien entre le catastrophisme, la mauvaise qualité du sommeil et un système nerveux central plus actif, ce qui suggère que le catastrophisme amplifie la douleur ressentie.

On estime qu’un tiers des personnes souffrant de douleur chronique satisfont également aux exigences de la dépression clinique. Dans l’ensemble, il semble que les patients souffrant de douleur chronique et souffrant de dépression présentent des niveaux de douleur plus élevés, une hygiène de sommeil plus médiocre et ont plus de mal à éteindre leur cerveau la nuit.

Il a été démontré que la thérapie cognitivo-comportementale de l’insomnie (TCC-I ) et, dans une moindre mesure, la thérapie cognitivo-comportementale de la douleur (TCC-P ) aident à traiter l’insomnie chez les patients souffrant de douleur chronique. Il existe des preuves limitées de l’efficacité de la TCC-I chez les personnes qui souffrent à la fois de douleur chronique et d’une maladie coexistante telle que l’anxiété ou la dépression. Cependant, une attention particulière à la qualité du sommeil et au catastrophisme semble réduire les risques de développer une douleur chronique chez les patients qui se remettent d’un traumatisme.

La sensation de douleur varie considérablement d’une personne à l’autre. Les facteurs psychologiques font partie de plusieurs facteurs qui affectent la gravité de la douleur que nous ressentons. Cela ne signifie pas que la douleur n’est pas réelle, mais cela signifie que le traitement de la douleur peut nécessiter une approche multiforme qui tient compte de ces facteurs psychologiques divers et complexes.

Conseils et stratégies d’adaptation pour dormir en cas de douleur

Parce qu’il est plus difficile de s’éloigner de la douleur chronique, il est important de faire du sommeil une priorité. Les personnes qui sont en permanence privées de sommeil en raison de leurs douleurs chroniques peuvent développer une relation malsaine avec le sommeil. Par exemple, ils peuvent compter sur la caféine ou devenir stressés avant le coucher parce qu’ils savent qu’ils auront du mal à dormir. Apprendre à dormir pendant la douleur commence par réentraîner votre cerveau avec des pensées et des comportements sains.

La respiration profonde, les techniques de pleine conscience ou l’imagerie guidée peuvent vous permettre de reconceptualiser la douleur d’une manière plus facile à gérer. L’un des principaux effets de la douleur sur le sommeil est de maintenir le système nerveux central excité. Par conséquent, pour être efficaces, ces stratégies doivent vous aider à vous détendre et à ne pas vous concentrer sur la douleur.

Le respect de certaines stratégies de base en matière d’hygiène du sommeil peut aider à préparer votre corps au sommeil. Les bonnes habitudes de sommeil commencent le matin, alors assurez-vous d’avoir suffisamment de soleil, de faire de l’exercice tôt dans la journée et de suivre une alimentation saine. Évitez les stimulants comme les écrans, la caféine ou l’alcool trop près du lit. La méditation peut également aider à faire face à la douleur et à améliorer la qualité du sommeil.

Pour briser le cycle des pensées négatives, évitez d’apporter les tracas quotidiens de la vie dans la chambre à coucher. La chambre doit être un havre de paix utilisé uniquement pour le sommeil et le sexe. Gardez-le frais, sombre et calme la nuit, et allez au lit et réveillez-vous à la même heure tous les jours. Il peut être utile d’effectuer une routine du coucher dans un ordre défini, comme prendre un bain, se brosser les dents, lire un livre lumineux, puis éteindre la lumière.

Si vous vous surprenez à ruminer ou si vous avez trop mal à dormir, ne restez pas au lit. Levez-vous, allez dans une autre pièce et distrayez-vous avec autre chose pendant un moment. Lorsque vous vous sentez somnolent, essayez de vous coucher à nouveau.

Parlez à votre médecin ou professionnel de la santé mentale pour obtenir de l’aide supplémentaire sur la gestion du sommeil et de la douleur. Ils peuvent être en mesure de recommander des thérapies supplémentaires ou de prescrire des médicaments pour vous aider à mieux dormir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *